LA BECQUÉE
Votre panier
  Recherchez un produit

ROMANS


LA BECQUÉE


LA BECQUÉE
16.00 €
En stock
 
Quantité  
 
Roman de René Boylesve - 160 pages

Lieu de l'histoire : Touraine

L’auteur transpose dans ce roman des souvenirs d’enfance. Henri Nadaud, dit Riquet, perd sa mère alors qu’il n’a que cinq ans. Il va vivre pas très loin de Tours, chez Félicie, sa grand-tante. Cette tante s’est employée toute sa vie à donner la becquée à de nombreux enfants. Elle vie dans le beau domaine de Courance, traversé par une rivière. Toute la famille défile devant le lecteur, avec ses tendresses, ses querelles, sa solidarité. Dans ce roman de moeurs provinciales, Boylesve nous décrit la Touraine, ainsi que les comédies, les petitesses, les souffrances de la famille provinciale française.

L’auteur :
René Boyvesle est le nom de plume de Réné Tardiveau. Il est né le 14 avril 1867 à La Haye-Descartes. Il était le fils d’un notaire issu d’une famille de petits paysans beaucerons et d’une bourgeoise angevine installée en Touraine. Il perd sa mère en 1871 et est élevé par sa grand-tante Clémence Jeanneau, modèle du personnage de la tante Félicie Planté dans La Becquée, mais celle-ci meurt à son tour en 1876. René et sa soeur Marie retournent alors habiter chez leur père, qui s’est remarié en 1874 avec une jeune femme et qui ne va pas tarder à se ruiner dans une spéculation immobilière. Il entre au collège de la Grand’Maison en 1880 puis au lycée René Descartes de Tours en 1882. Son père, ruiné, se suicide en 1883. René Tardiveau obtient son baccalauréat en 1885 et s’installe à Paris la même année, pour suivre des études d’histoire et de droit à la Sorbonne. En 1889, licencié en droit, il se lance dans la vie littéraire du quartier latin. Jusqu’en 1896, il collabore à diverses revues dans lesquelles il publie sous plusieurs pseudonymes. Il fréquente Gide, Charles Guérin, Valéry, Des Gachons… Plus tard, il se liera avec Proust. En 1896 il publie son premier livre, Le Médecin des Dames de Néans, chez Ollendorf. De nombreux romans suivront, dans lesquels il a décrit avec beaucoup de naturel et de finesse les mœurs de la province et en particulier de la Touraine. Il est élu en 1918 à l’Académie française. Il meurt d’un cancer le 14 janvier 1926. La postérité ne lui a pas donné la place qu’il mérite, c’est un constat que font tous ceux qui découvrent son oeuvre.

Format : 14 x 22.5
Collection : Terroir - Classiques
 
 























Articles similaires
BLÉ DUR, BLÉ TENDRE
20.00 €
BLÉ DUR, BLÉ TENDRE

de Jean-Claude Ponçon


 > Plus d'infos
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK
Site réalisé avec PowerBoutique - solution pour créer un site e-commerce