Votre panier
  Recherchez un produit

LA MONTAGNE ENTREPRENDRE


LA MONTAGNE ENTREPRENDRE N°9


5.50 €
En stock
 
Quantité  
 
LA MONTAGNE ENTREPRENDRE N°9
Magazine -  Mai - Juin 2017

ÉDITO de Sandrine THOMAS,

Des vents porteurs

 L’artisanat, première entreprise de France. Lancé pour redonner du souffle au secteur et susciter des vocations, le slogan claquait, même s’il ne contenait qu’une demi-vérité. Il cachait le fort émiettement de ces toutes petites entreprises qui, c’est vrai, mises bout à bout constituent le cœur battant de l’entrepreunariat français mais souffrent individuellement de leur relatif isolement. 25.000 entreprises rien qu’en Auvergne pour 50.000 emplois. Le ratio rapporté à une seule entité marque bien cet éparpillement. 57 % des entreprises n’ont pas de salarié.

L’artisanat a également été victime du désamour de nos concitoyens pour les métiers manuels. Un désamour organisé au plus haut de l’Etat pendant plusieurs décennies. L’enjeu éducatif de l’après « Trente Glorieuses » a favorisé l’éclosion de « bacheliers à tout prix » de la filière classique au détriment des filières dites techniques et de l’apprentissage. Cette dévalorisation a coûté cher aux métiers de l’artisanat en termes d’image et de capacité à brasser les talents. L’artisanat a été condamné à polir une génération de « laissés-pour-compte » du système. Une situation qui a contraint aussi la transmission et la reprise des « ateliers du savoir-faire » faute de combattants.

L’artisanat enfin a souffert comme les autres des crises financières et économiques successives qui ont freiné sa dynamique en faveur de l’emploi, et de la globalisation des marchés qui a introduit sur l’échiquier européen une concurrence nouvelle et souvent déloyale en matière de prix fixés et de salaires donnés.

Mais la tendance serait en train de s’inverser. Le retour de la croissance, 4 % sur la région Auvergne-Rhône-Alpes entre 2015 et 2016, lui ouvre de nouvelles perspectives. Cette embellie est fragile, comme l’affirment les acteurs du secteur, mais elle est un coin de ciel bleu après les temps d’orages traversés. Les politiques récemment mises en place en matière d’apprentissage et de formation peuvent, à terme, se révéler des vents porteurs. Bref, pour peu que l’éclaircie se prolonge, l’artisanat entrevoit des jours meilleurs, notamment en termes de créations d’emplois stables et enracinés dans les territoires.

Son meilleur slogan sans doute.


Bimestriel de 100 pages
Format : 212 x 277 mm

Pour ce magazine, vous pouvez également vous abonner :

 
 






















En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK
Site réalisé avec PowerBoutique - solution pour créer un site e-commerce